Votre navigateur est trop ancien pour lire le JavaScript, merci de passer sur une version à jour

Dès la fin de l’année, il vous faudra tenir compte de la nouvelle réglementation thermique en vigueur RT 2020, venant remplacer la RT2012. 

Plus exigeante que cette dernière en termes de production énergétique, cette mouture devrait prendre en compte des considérations plus actuelles quant aux performances des bâtiments récents. 

En effet, dans le cadre de la Transition Énergétique, la nouvelle réglementation applique le concept de BEPOS, déjà valable pour les bâtiments publics depuis 2018. 

 

Que prévoit la RT2020 ? 

Pas de changements radicaux à signaler pour la mouture de 2020. 

La nouvelle réglementation thermique conserve le même objectif que sa grande soeur de 2012  : améliorer les performances énergétiques des habitations individuelles et diviser par trois la consommation des nouvelles constructions à venir. 

Quelques changements viennent cependant affermir la panoplie de normes déjà en vigueur, à savoir : 

  • La prise en compte des performances énergétiques des appareils électroménagers.
  • La prise en considération de l’empreinte carbone (C02) générée par les matériaux de construction utilisés. 
  • Une limitation de la consommation de chauffage ne devant pas dépasser les 12kWhep par m2 et par an.
  • Une limitation de la consommation totale d’énergie ne devant pas dépasser 100kWh par m2 et par an. 
  • Une capacité à produire de l’énergie afin que le bilan énergétique de l’habitat soit positif sur les 5 utilitaires : chauffage, lumière, eau chaude, climatisation, auxiliaire)

 

En outre, le but premier de la RT2020 est de faire de chaque nouvelle construction un bâtiment produisant plus d’énergie qu’il n’en consomme (BePOS). On cible ici un gaspillage énergétique zéro et une production d’énergie plus consciente. 

 

Quels changements pour les maisons individuelles ?

Afin de répondre aux exigences de la norme, les constructeurs devront s’assurer que les modèles de maisons rt 2020 individuelles comprennent :

  • Une isolation thermique sans faille grâce à de meilleurs matériaux permettant de réduire les ponts thermiques. Il pourra s’agir de ouate de cellulose ou bien même de chanvre.
  • Un système de ventilation plus efficace : il pourra s’agir d’une VMC à flux simple, d’une VMC à double flux ou encore d’un système de pompe à chaleur air-air ou eau-air. 
  • Une architecture bioclimatique : on parle ici d’une bonne orientation du bâtiment et d’ouvertures suffisantes (comme les baies vitrées ou les velux) qui permettraient de tirer profit de la lumière et de la chaleur du soleil. Le but ? Éclairer et chauffer la maison tout en faisant des économies d’énergie. 
  • Des équipements domotiques performants comportant un système d’auto-régulation et d’ajustement automatique afin consommer de manière plus raisonnée, en fonction de ses besoins. 

 

De surcroît, les maisons individuelles devront produire leur propre énergie afin d’arriver à un bilan positif.

Il s’agira donc de doter les maisons de leur propre source d’énergie locale comme les panneaux photovoltaïques ou thermiques. 

Bonne nouvelle : l’énergie produite en excès pourra être partagée au reste du réseau électrique local ! 

 

Vous souhaitez investir dans le Grand Est et profiter d’une maison rt 2020 autonome en énergie ? Les équipes de MAISON ALSEBAT se tiennent à votre disposition pour vous apporter tous les renseignements nécessaires ! 

Prenez contact avec nous via mail : communication@alsebat.com ou rendez vous dans notre agence de Neufchâteau, Saint-Dizier ou Fleville-Devant-Nancy.